mardi 2 août 2016

Visite insolite de Barcelone à vélo: La prison de femme

La Prison de femme de Barcelone

Lors de notre balade à vélo, il n'est pas rare que nous passions le long de l'unique centre de réclusion pour femmes de la ville... On peut s'arrêter à proximité pour contempler 2 jardins potagers qui font partie d'un plan de récupération d'espaces vides (pla buit) ou encore l'immense mur graffé par différents street-artists (actuellement un grand mural, fruit d'une collaboration entre Amaia Arrazola et Marina Capdevila)



C'est au milieu de tout ça que se trouve la prison de femme de Barcelone:

Sur la Vila Olímpica (quartier chic du bord de mer, créé pour les JO'92), à 200m du littoral, coincés entre le collège Icaria, un club de golf et la bibliothèque Xavier Benguerel, s'élèvent les tourelles et les miradors de la prison Wad-Ras. 


Discrète, elle ressemble plutôt à une vieille école qu'on a oubliée de mettre aux normes. Le temps s'arrête en effet devant les murs de la prison Wad-Ras (nom de la bataille qui opposa le Maroc à l'Espagne en 1860 et nom de la rue avant d'être changé en C/Doctor Trueta). https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Wad-Ras





L'histoire nous raconte qu'avant de devenir prison, le bâtiment abritait un centre de redressement pour mineurs et un orphelinat (1946-1978). Une autre construction très semblable, aujourd'hui disparue, de l'autre côté de la rue, abritait le Tribunal correctionnel pour mineurs... Quelle angoisse!
Voilà quelques témoignages poignants et souvenirs de ces jeunes détenus, oubliés de tous sauf de l'église qui gérait le centre avec son gant d'acier:



Elle est devenue prison de femme en 1983 et aucun travaux de rénovations n'ont été fait depuis...d'où son air de pensionnat, figé dans le temps. On la reconnaît cependant à cause des fils barbelés et des fenêtres grillagées... Y sont « logées» plus de 200 détenues. Ce que l'on peut trouver dans les médias (et, il y a peu d'informations sur le sujet) c'est qu'il y a eu diverses manifestations dénonçant l'état des lieux, l'entassement et la promiscuité...



On peut aussi trouver une proposition artistique de participation et décoration de l'enceinte intérieure en 2011

Le projet de transformer la prison en centre de jour, pour les recluses de courte durée et celui de construire une nouvelle prison « aux normes » en dehors de la ville, n'ont toujours pas vu le jour.

Nous continuons donc à la mentionner lorsque nous la longeons à vélo...
Cette prison relève des contrastes et des contradictions qui nous surprennent tant: incongrue, hors du temps et rebelle...Barcelone n'a pas d'égale à ce niveau.

jeudi 17 mars 2016

Visite insolite de Barcelone à vélo. La plaça dels campions!!!



Voilà bien un endroit on ne peut plus insolite: ignoré de tous, à l'abris des regards...peu de gens dans le quartier connaissent son existence.


Il faut dire que cette place ne donne pas envie de s'arrêter: aucune infrastructure qui invite au repos, les bruits incessants des voitures qui passent en-dessous (la place est en fait une entrée de tunnel de la Ronda Litoral), les bris de verres et la fiente de goélands...brrrr!


Pourtant...
Septembre 1992, Barcelone est tout feu tout flamme.


La ville vibre encore de la trainée de poudre magique laissée par les JO...C'est une première étape, le tremplin qui a propulsé Barcelone au niveau des autres capitales européennes. 'Barcelonaaaa' chantaient Freddy et la Caballé





C'était beau...Montserrat Caballé qui brisait le tabou du SIDA en prenant la main de Freddy Mercury!

Nineteen ninety two...les grands sportifs étaient encore des Dieux de l'Olympe, invincibles (maintenant on sait pourquoi!). Bubka et sa perche télescopique, Lewis qui détrônait ses propres records et les jambes de la Gazelle, Marie Jo'!!! La Dream Team!!! Les athlètes de 1992 se professionnalisent...depuis, nombreux sont ceux qui sont tombés du podium.


Septembre 1992, Barcelone est tout feu tout flamme et les 3 architectes qui ont propulsé la transformation de la ville, Josep Martorell i Codina, Oriol Bohigas i Guardiola et David Mackay décident de laisser un tribut hollywoodien aux grands sportifs du XXème siècle.


Inaugurée par le maire Pascal Maragall, parrainée par la Vichy Catalan (eau pétillante) et le journal sportif 'El Mundo Deportivo', la plaça dels campions (place des champions) est un espace singulier : une place sans en être une, plantée entre la Vila Olímpica et la Mare Nostrum.







Pourtant...
Du bronze au laiton.

Les noms des 257 médailles d'or, toutes catégories, gravés originairement sur des plaques de bronze. 257 petites plaques l'une à coté de l'autre, le dallage de la place rappelant les lignes de séparations sur une piste d'athlétisme. Pour les francophones, on y trouve Pérec et ses 400m lisses, Éric Srecki médaille d'or en escrime, le Suisse Marc Rosset au tennis et pour les Belges...rien, désolée!

Et puis, sur une sorte d'estrade, les dalles où sont scellées les empreintes des mains de ces légendes internationales qui sont venus expressément à Barcelone, certains pour participer, d'autres pour le spectacle.


Carl Lewis, Eddy Merckx, Garri Kaspàrov (un grand sportif, n'est-ce pas?), Alfredo di Stéfano, Magic Johnson, Sergei Bubka, Ladislao Kubala, Pelé, Miguel Indurain et Johan Cruyff...voilà ce que cette place abrite.

Eddy Merckx laissant son empreinte

Tout un symbole qui, 15 ans plus tard, s'est envolé avec le prix du bronze...

Plus de 100 plaques ont rapidement disparues durant l'hiver de 2007. Les dalles avec les mains de Cruyff, Carl Lewis et de Magic Johnson aussi. Ce qui est surprenant c'est qu'elles ont été retrouvées chez un ferrailleur...et non chez un collectionneur! Quelle misère!

Les autres ont été volontairement enlevées afin de ne pas provoquer la tentation des ferrailleurs et revendeurs de métaux. Le bronze est lucratif, on le sait...surtout en période de crise. 

Presque en même temps, 70.000 familles de Badalona se sont retrouvées dans le noir pour cause d'un vol de caténaires à la station électrique de Sant Adrià de Besòs.




Les plaques ont été remises en 2010, répliques en laiton mieux fixées au sol.


Depuis...
Pas grand-chose n’a été fait.


Les SDF viennent s'abriter sous la tonnelle pour y passer la nuit et s'endorment au doux vrombissement des camions qui leur passent juste en dessous. Le lendemain la police accompagnée de balayeurs les «nettoient». Le week-end cette place sert aux rendez-vous éthyliques et nocturnes de la jeunesse Barcelonaise. Il faut répéter que cette place est isolée, suffisamment loin des premiers immeubles pour pouvoir y faire la foire sans se faire repérer!

Mais la Vila Olímpica est un quartier chic « i aixó no es pot! » (c’est la phrase préférée des catalans: « ce n'est pas possible »)

'Nous voulons que les gens viennent y passer un moment...nous avons pensé mettre des bancs ou bien des balançoires',explique Mr Giró, président de l'association de voisinage.

La seule chose qui a été faite fut d'y installer «un pipi-can » en 2015 (espace de jeux pour que les chiens du quartier fassent leur besoins). Le pipi-can est protégé par des arbres, on peut s'asseoir et on trouve même une fontaine... c'est mieux qu'un parc infantil!

En attendant, la plaça dels campions est toujours aussi vide et désolée.

En conclusion, voilà les mots d'un homme raisonnable à propos de la plaça dels campions:

'Volent glorificar tots i cada un dels esportistes triomfadors, aquest quadre d’honor que recorda els memorials de soldats morts en combat, té la fredor habitual de les places «dures» dissenyades pel taller d’arquitectes que acaparà gran part de les obres de la zona.'

c'est à dire...

A vouloir glorifier chacun des athlètes triomphants, ce tableau d'honneur rappelle plutôt un mémorial pour les soldats morts au combat: elle a la froideur des places 'dures' (inhospitalières) dessinées par ce collège d'architectes qui s'est accaparé d'une grande partie des travaux alentours. 


Je suis tout-à-fait d'accord avec lui!


lundi 7 mars 2016

Visite insolite de Barcelone à vélo. Barcelone d'avant et d'aujourd'hui

http://betaserver.icgc.cat/visor/catalunya_ull_del_temps.html#17/41.39742/2.20813

Ce site est excellent!  "Catalogne, l'oeil du temps". On peut parcourir les montagnes, le littoral ou les villages de l'un et de l'autre à différentes époques: un oeil datant de1946 ou 1955/56 qui regarde une carte actuelle.

Le plus impressionnant est d'admirer les transformations de Barcelone en vue aérienne: le port industriel, le littoral qui a facilement gagné 200m sur la mer depuis 1946...
Regardez l'emplacement actuel de l'aéroport du Prat! C'est incroyable... L'Hospitalet est dans les champs :)

Visite insolite de Barcelone à vélo. Les pistes cyclables de Barcelone

Voilà un site bien cool qui permet d'accéder à différents plans de la ville de Barcelone (entre autre)

http://fr.barcelonamap360.com/piste-cyclable-barcelone#map34

Et voilà le plan des pistes cyclables que l'on peut télécharger en jpg :)



Juste pour votre info: 210 km de pistes cyclables. Vu l'explosion du nombre de cyclistes et de leur déplacements quotidien, la ville s'est démenée pour installer des pistes assez rapidement. Une mise en oeuvre parfois difficile mais somme toute nécessaire.

jeudi 3 septembre 2015

Visite insolite de Barcelone à vélo. Pédaler pour changer le système: Alternatiba

                                 

                                               

                           "Changeons le système, pas le climat"


 Parti de Bayonne le 5 juin dernier, un groupe de cyclistes (qui se relaient) est en train  de  sillonner le territoire de manière festive et revendicative, afin de faire prendre conscience du problème du changement climatique et surtout pour proposer des mesures alternatives concrètes pour y remédier. L'arrivée est prévue à Paris le 26 septembre, un peu avant la Conférence pour le Climat (COP21) qui verra des dirigeants politiques du monde se dépatouiller entre capitalisme, écologie, électoralisme et bon sens afin d'aboutir à un nouvel accord international sur le climat.

 Voici une vidéo de présentation d'Alternatiba; échappé de Groland, Jules-Édouard Moustic nous explique:



   Lors des étapes des "Vélorutions" (voir autre article sur ce sujet: http://visitebarcelonavelo.blogspot.com.es/2013/01/velorution.html) sont organisées ainsi que des rencontres avec des habitants et avec des élus. À ces derniers, un "Pacte pour la transition" leur est proposé. Il s'agit de 15 mesures, l'idée est qu'ils en acceptent au moins 5. Parmi celles-ci, je vous en détaille deux:
- Favoriser les modes de déplacement actifs (marche, vélo) en développant les espaces piétonniers et en créant au moins une zone de rencontre (vitesse limitée à 20km/h)
- Réaliser un état des lieux des terres disponibles ou à acquérir en vue d'y développer un projet d'agriculture biologique et citoyenne. 
  À ce jour, les communes de l'Ile-Saint-Denis (93) et de Semoy (45) ont signé ce pacte dans sa globalité et 16 autres sont en discussion.

            

La présence de tandems lors de ce tour de France le rend plus attrayant pour les médias.


 Des étapes sont aussi organisées dans des ZAD (Zone à Défendre), telles que Notre-Dame-des-Landes, sans doute la plus fameuse ( http://zad.nadir.org/ )  mais aussi Roybon, en Isère, où des gens s'opposent (avec succès semble-t-il) à un projet de centre de loisir qui détruirait une zone naturelle :  https://zadroybon.wordpress.com/
  L'Alternatiba se rend aussi dans la Somme pour soutenir les opposants à la ferme des "Mille vaches"  où cette "usine à vaches" s'installe: http://www.novissen.com/Pages/default.aspx


  C'est donc une lutte contre le changement climatique, mais pas seulement, notre modèle de société est mis en cause. Dans ce combat qui se déroule sur beaucoup de fronts, la bicyclette tient une place prépondérante. Le cyclisme urbain est en plein essor, c'est une alternative simple et efficace à la voiture et à la moto, la pratique du vélo en ville n'est pas tout à fait innocente! 
 Voici le lien du site d'Alternatiba: https://alternatiba.eu/



Parking vélo de la gare d'Utrecht en Hollande (of course)












 

vendredi 27 février 2015

Visite insolite de Barcelone à vélo. Plus qu'un véhicule

   À Barcelone, dans le quartier périphérique de Nou Barris se trouve, dans une vallée boisée, Can Masdeu. Il s'agit d'un "Centre Social Occupé", c'est à dire d'un squat à vocation sociale (grosso modo). Cet endroit est devenu au fil des années un référent pour ce qui est mode de vie alternatif, autogestion et agriculture écologique. Un de ses symboles est la fameuse "bicilavadora" (vélo-machine à laver) que voici:


 

  En effet, les vélos nous font avancer, nous donnent de la santé, du plaisir... Mais en effectuant quelques modifications mécaniques on  peut transformer ce véhicule en machine à laver le linge donc mais aussi en machine à pomper de l'eau, à couper du bois ou bien encore à moudre le blé. Ces inventions sont souvent liées à des contraintes et à des besoins, c'est pour cela que l'on retrouve ces engins surtout dans des milieux ruraux défavorisés. Pédaler permet de ne pas dépendre de l'électricité, du pétrole ou du charbon. 
  Des associations et des ONGs sont souvent à l'origine du développement de l'usage de ces fabuleux vélo-machines, en voici quelques exemples.

- Maya Pedal -           

Una bici-licuadora (pour faire des jus)
 Commencé en 1997, ce projet impulsé avec les canadiens de l'association PEDAL devient réellement local en 2001. Ils recoivent des vélos donnés (depuis les États-Unis et le Canada) et fabriquent de nombreux types de vélo-machines.




  Je vous conseille de visiter leur site internet (qui est en anglais):

  Venant de Maya Pedal, un autre projet similaire voit le jour en 2012: 
- Bici-Tec -

A pedal-powered well water pump
Pédaler pour pomper de l'eau  au Guatemala.
 Ces vélo-machines aident des familles rurales ayant peu de ressources. "Éducation des familles et préservation de l'environnement" sont les objectifs déclarés de cette entreprise. Dans une vidéo de leur site internet on peut voir notamment un vélo-machine servant à égrainer les épis de maïs, travail quotidien qui prend beaucoup de temps sans cette machine écologique.
Ils ont mis en place aussi une école pour apprendre à fabriquer ces engins, l'idée étant que les élèves puissent diffuser cette technologie et ces idées.

  Au Mexique, grâce à la colaboration du type de "Bici-Tec", un autre projet né en 2012, "Bicimáquinas", leur objectif: "réveiller les consciences sur le soin et le respect de l'environnement". Ils ont développé jusqu'à présent 14 modèles de vélo-machines.

 

  En voici un, le "vélo-générateur" qui peut produire jusqu'à 200 watts par heure en pédalant à une vitesse moyenne et jusqu'à 400 watts par heure en pédalant rapide. L'énergie peut être stockée dans une batterie ou être utilisée sur le moment ou bien encore être reliée à un système de recharge de panneau solaire.

  Ils mettent aussi l'accent sur l'indépendance énergétique que ces machines procurent et sur la préservation de l'environnement. Les "bicimáquinas" sont vendues mais il existe aussi un atelier, à Guadalajara (Jalisco), pour apprendre à les fabriquer et les plans et les manuels sont disponibles gratuitement sur internet, leur site: http://bicimaquinas.com/ 
Bétonneuse à pédales au Mexique

  Ces machines ont de beaux jours devant elles comme on dit et pas seulement dans les communautés rurales d'Amérique Centrale. L'argument économique et l'argument écologique sont de poids et  si quelqu'un s'installe cet été au bord de la plage de Barcelone avec une "bici-licuadora"et bien je lui prédis un franc succés et des hectolitres de jus de fruits (si il est en règle avec la mairie of course...)
 Pour finir, un clin d'oeil à mon frère qui est bûcheron, une vidéo d'un vélo-scie mécanique:




  


jeudi 29 janvier 2015

Visite insolite de Barcelone à vélo. Art et Vélo







Cabeza de toro. Picasso. 1942


 Depuis son invention, (1817, voici un site internet intéressant qui retrace la fabuleuse histoire de la petite reine: http://www.cycloclub-varangeville.fr/histoire-des-velos ), la bicyclette avait toutes les chances d'être une source d'inspiration pour les artistes de tous poils. Moyen de transport moderne, devenu intemporel, synonyme de liberté, esthétique particulière, le vélo apparaît dans de nombreuses oeuvres d'art, depuis des affiches publicitaires de Mucha au début du XXième siècle jusqu'à des installations de Ai Wei Wei en 2011...
 Voici un florilège de ces oeuvres:

Cycles Perfecta - Alphonse Mucha
Lithographie de Mucha en 1902, représenter des femmes pour vendre des vélos à une clientèle trés largement masculine...Un grand classique indémodable du marketing publicitaire.         




Voici une peinture célèbre ici à Barcelone, "Ramón Casas y Pere Romeu en un tándem" de l'artiste "moderniste" (art nouveau) Ramón Casas lui-même. Elle date de 1897 et elle se trouve au magnifique Musée d'Art National Catalan (MNAC, sur les flancs de la colline de Montjuïc). Cette oeuvre de grandes dimensions (191 x 215 cm) a ornait pendant quelques années un des murs du restaurant "Quatre Gats", fameux antre à artistes "modernistes", justement.





 Détail de la "Casa Macaya" (1901) située au numéro 108 du Passeig Sant Joan à Barcelone. L'architecte de cet édifice, Puig i Cadalfach, toujours dans la mouvance "moderniste", utilisait ce moyen  de transport (si pratique, si sain...) pour aller d'un chantier à un autre, d'où ce clin d'oeil en pierre...

                                                           
En 1913, Marcel Duchamp réalise ce "ready-made" intitulé, comment non,  "Roue de Bicyclette", et exposé au Musée National d'Art Moderne à Paris. En proposant un objet ordinaire comme oeuvre d'art il met l'accent sur le processus de réalisation, c'est l'acte de création qui importe. L'Art réside dans l'esprit du spectateur...




 "Les Quatre Cyclistes", 1943-1948. Huile sur toile, 129 x 161,5 cm. Musée national Fernand Léger.



Fernand Léger et les bicyclettes, une grande histoire d'amour...Il a peint une série: "Les cyclistes".
On peut penser que les idées du Front Populaire l'ont influencé à l'heure de représenter des vélos, symbole de liberté, moyen d'émancipation...Mais voici un texte  publié sur le site du Musée national Fernand Léger:

"Exilé aux Etats-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale, Léger enseigne à l’université de Yale, puis à Mills College. Il y croise les jeunes étudiantes vêtues de couleurs criardes non conformistes, qui l’inspirent pour une série de dessins et de tableaux intitulée « Les Cyclistes ». « Le mauvais goût, la couleur forte peut donner ici le plein usage de son pouvoir… si j’e n’avais vu ici que des filles habillées avec goût, je n’aurais pas peint ma série des cyclistes. » Fidèle à sa conception de la « figure objet » le peintre fige les cyclistes avec leurs vélos de course dans une pose frontale. Les couleurs distribuées librement sur la toile animent l’espace contenu du tableau. Cet effet de coloration parcellaire, Léger l’a maintes fois observé dans les rues à New York sous les publicités clignotantes. Le peintre explique : « … je parlais à quelqu’un, il avait la figure bleue, puis vingt secondes après, il devient jaune…cette couleur-là… elle était libre, dans l’espace. J’ai voulu faire la même chose dans mes toiles. » La couleur en dehors du trait, librement distribuée, est expérimentée pour la première fois dans cette oeuvre commencée en 1943 aux Etats-Unis et terminée en 1948 à son retour en France, comme il l’indique à côté de sa signature."

 


"Le cycliste", lithographie de 1948, 56x76cm.  


  
"Je ne te demande pas si ta grand-mère fait du vélo", (37,5 x 27,6 cm) gouache, aquarelle, encre noir et  crayon sur papier, vers 1950.




Gabriel Orozco. Four Bicycles (There is Always One Direction). 1994

Bicycles. 6' 6" x 7' 4" x 7' 4" (198.1 x 223.5 x 223.5 cm). Carlos and Rosa de la Cruz Collection.  Créée à Rotterdam (Pays-Bas, paradis des cyclistes...) cette sculpture met en scène ce symbole du mouvement rendu inerte en les mettant ensemble...Je met trois points de suspension pour vous laisser méditer...héhé...Nombreux sont les exemples d'amas de vélos sous forme d'oeuvres d'art...       "En grève" de Dan Colen, installation à Colette, Paris lors de la FIAC 2010. Dans la lignée des "ready-mades" de Marcel Duchamp... Et voici un site où l'on trouve d'autres exemples:              http://search.it.online.fr/covers/?p=1449 /  

 

  "Forever Bicycles" de Ai Weiwei, installation itinérante débutée en 2011. L'artiste accumule des objets quotidiens chinois, ici des vélos de la marque trés répandue "Forever". Et ci-dessous une vidéo timelapse de cette installation à Toronto en 2013.



Et pour finir, si vous disposez de nombreuses de chaînes de vélo dont vous ne savez que faire, l'artiste sud-coréen Young-Deok Seo pourrait vous inspirer...

 




Partie de l'exposition "Dystopia" de 2011. Voici une explication de l'artiste sur l'usage des chaînes: "Je vois une espèce d'homme-machine à travers les chaînes. Elles font leur travail sans se plaindre, elles résistent jusqu'à ce qu'elles se cassent. Aujourd'hui l'être humain ne profite pas de sa vie: il ne fait que la supporter. Les personnes ne s'expriment pas, elles se répriment. Tu peux considérer chaque maillon de la chaîne comme un maillon d'angoisse."  Houlala.

http://beautifuldecay.com/wp-content/uploads/2013/12/sddfasdfsdfasdfasdfsdaf_20121226170216.jpg


Mais le vélo avant tout, c'est rigolo:













































































lundi 19 janvier 2015

Visite insolite de Barcelone à vélo. Vélos, Troc, Autogestion

 Dans le quartier de Nou Barris à Barcelone, il existe depuis 2005 un atelier de réparation de vélos assez particulier, "Biciosxs". Littéralement "Vicieux" mais en faisant un jeu de mot "bici-osos": "vélo-ours", d'où cette image :)


Un groupe de voisins se réunit donc avec cette idée de monter un atelier qui fonctionnerait sans argent, basant tout sur le troc, la récupération, la réutilisation et l'autogestion. Ils présentent le vélo comme une alternative à la société de consommation où s'impose la voiture et l'asphalte. 
  En effet ne nous laissons pas berner par les kilomètres de piste cyclable que la mairie confectionne de temps en temps sans véritable plan préalable, la voiture reste la reine de la ville. Lorsqu'en hiver le beau temps persiste, la pollution augmente dangereusement et c'est toujours la faute de l'anticyclone! Méchant qu'il est...! Les kilomètres de bouchons formés par des personnes seules dans leurs voitures n'y sont pour rien semble-t-il. Pourtant la taille relativement petite de Barcelone en fait un endroit idéal pour développer les transports en commun et la bicyclette, mais l'évolution est lente, il a fallut au moins 10 ans pour que les barcelonais perçoivent le vélo comme un moyen de locomotion urbain comme un autre. Depuis peu la mairie essaie de d'encourager l'usage des véhicules électriques (vélos comme voitures). Mais bon, il y a toujours des jours où les personnes âgées et les enfants sont invités à ne pas sortir et où les pratiques sportives en plein air sont déconseillées...Barcelone reste une des villes européennes où la qualité de l'air est parmi les plus mauvaises.

http://www.lepetitjournal.com/barcelone/accueil/actualite/172170-pollution-degradation-de-la-qualite-de-l-air-a-barcelone


Ha! Elle a bonne mine la Sagrada Familia!



L'atelier des biciosxs entre 2006 et 2011, date de son délogement.
 Mais revenons à nos ours vélocypédiques; ils commencèrent sur le trottoir, devant une maison de quartier, mettant à la disposition des cyclistes des outils et leur savoir-faire. Ils squattèrent plus tard des locaux abandonnés, en 9 ans d'existence ils changèrent 4 fois d'endroit. En effet, la problématique du logement est sévère à Barcelone et en squattant des espaces vides on peut développer des projets comme celui-ci tout en dénonçant la spéculation immobilière. Le fonctionnement d'un atelier d'autoréparation de vélos donne aussi de la vie au quartier, ça créer du lien social comme on dit!
 3 ans aprés, au numéro 137 de la rue Joaquim Valls: "3 ans délogé-3 ans sans usage- Pédale-Lutte"
 Voici le lien pour le site internet des biciosxs, ils organisent aussi des concerts, des projections... http://biciosxs.noubarris.org/

 Il existe d'autres iniciatives comme celle-ci à Barcelone et dans le monde. La France est trés active dans ce domaine, voici un site internet pour trouver des ateliers mécaniques coopératifs en Île-de-France:

 http://velorution.org/paris/atelier/

 Et puis il y a ce site qui tente de les recenser dans toute la France:

http://www.pignonfixe.com/showthread.php?tid=60662