mardi 2 août 2016

Visite insolite de Barcelone à vélo: La prison de femme

La Prison de femme de Barcelone

Lors de notre balade à vélo, il n'est pas rare que nous passions le long de l'unique centre de réclusion pour femmes de la ville... On peut s'arrêter à proximité pour contempler 2 jardins potagers qui font partie d'un plan de récupération d'espaces vides (pla buit) ou encore l'immense mur graffé par différents street-artists (actuellement un grand mural, fruit d'une collaboration entre Amaia Arrazola et Marina Capdevila)



C'est au milieu de tout ça que se trouve la prison de femme de Barcelone:

Sur la Vila Olímpica (quartier chic du bord de mer, créé pour les JO'92), à 200m du littoral, coincés entre le collège Icaria, un club de golf et la bibliothèque Xavier Benguerel, s'élèvent les tourelles et les miradors de la prison Wad-Ras. 


Discrète, elle ressemble plutôt à une vieille école qu'on a oubliée de mettre aux normes. Le temps s'arrête en effet devant les murs de la prison Wad-Ras (nom de la bataille qui opposa le Maroc à l'Espagne en 1860 et nom de la rue avant d'être changé en C/Doctor Trueta). https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Wad-Ras





L'histoire nous raconte qu'avant de devenir prison, le bâtiment abritait un centre de redressement pour mineurs et un orphelinat (1946-1978). Une autre construction très semblable, aujourd'hui disparue, de l'autre côté de la rue, abritait le Tribunal correctionnel pour mineurs... Quelle angoisse!
Voilà quelques témoignages poignants et souvenirs de ces jeunes détenus, oubliés de tous sauf de l'église qui gérait le centre avec son gant d'acier:



Elle est devenue prison de femme en 1983 et aucun travaux de rénovations n'ont été fait depuis...d'où son air de pensionnat, figé dans le temps. On la reconnaît cependant à cause des fils barbelés et des fenêtres grillagées... Y sont « logées» plus de 200 détenues. Ce que l'on peut trouver dans les médias (et, il y a peu d'informations sur le sujet) c'est qu'il y a eu diverses manifestations dénonçant l'état des lieux, l'entassement et la promiscuité...



On peut aussi trouver une proposition artistique de participation et décoration de l'enceinte intérieure en 2011

Le projet de transformer la prison en centre de jour, pour les recluses de courte durée et celui de construire une nouvelle prison « aux normes » en dehors de la ville, n'ont toujours pas vu le jour.

Nous continuons donc à la mentionner lorsque nous la longeons à vélo...
Cette prison relève des contrastes et des contradictions qui nous surprennent tant: incongrue, hors du temps et rebelle...Barcelone n'a pas d'égale à ce niveau.